Casting Le Vice Caché des Navajos

separator

CASTING LE VICE CACHÉ DES NAVAJOS.
TOURNAGE EN REGION AQUITAINE ; DÉBUT JUILLET 2016

The Will Casting Office recherche pour le tournage du court-métrage Le vice caché des Navajos, de Laetitia Mikles, produit par Dublin Films, des acteurs(trices) professionnels résidants à BORDEAUX ou région Aquitaine uniquement. Tournage rémunéré. Clôture du casting: fin mai 2016

Candidature : envoyer cv+photos récentes et/ou vidéo de présentation/disponibilités, en précisant dans l’objet du mail le personnage pour lequel vous candidatez à : contact@thewill.fr

PROFILS RECHERCHÉS :

Personnages :

  • Docteur Ruellan : 50/60 ans, chirurgien, carrure imposante, charismatique, autoritaire, «tout puissant», physique de patriarche, assurance charmeuse et inquiétante
  • La vieille Dame : + de 65 ans, coquette, élégante, charmante, yeux bleu délavé
  • Le vieil homme : 70 ans environ, frêle, fragile, timide, poli, homme précautionneux
  • Le grand homme robuste : 40/45 ans, force de la nature, travailleur en extérieur, force physique, toutes origines.

Figuration :

Hommes/femmes de tous types, âgés de 30 à 60 ans

 

navajos

 

Synopsis :

Claude est un photographe insatisfait et désabusé qui a renoncé à son art. Il choisit une pratique froide et clinique de la photographie pour travail alimentaire. En se mettant au service du docteur Ruellan, Claude découvre le monde de l’imagerie médicale. Sa crudité et sa beauté. Et puis un jour, Frida se place devant son objectif photographique. Est- ce l’ironie de la jeune femme, sa fragilité, son charme ou le mystère de sa paupière imparfaite ? Ou peut-être encore la légende des Navajos qu’elle lui offre comme une énigme à explorer ? Claude tombe amoureux. Le jeune photographe s’ouvre à une autre forme d’art, de plus en plus abstraite, de plus en plus personnelle. Il s’oppose peu à peu à la toute-puissance du docteur Ruellan. Et refuse que Frida corrige la singularité de sa paupière. Son obsession le ferme aux autres. Et l’entraîne dangereusement vers un nouvel abysse.

 

 

mikles
Laetitia Mikles
est critique de cinéma pour la revue Positif, réalisatrice et scénariste. Ses premiers documentaires de création interrogent le corps perturbant et fascinant de l’autre : Lucie va à l’école (2001), puis Touchée (2003). Puis elle s’intéresse aux secrets d’un monastère englouti au fond d’un lac (De profundis, 2004, co-réal O. Ciechelski). Lauréate de la Villa Kujoyama, elle fait plusieurs séjours au Japon, Yilme la réalisatrice Naomi Kawase (Rien ne s’efface, 2009), rencontre l’un des rares Noirs japonais (Le japonais n’est pas une langue scientifique, 2011) et part à la recherche d’un yakuza repenti (Kijima Stories, 2013). Ses films ont été sélectionnés dans plusieurs festivals français et internationaux (Lussas, FID, Indie Lisboa, Moscou, Stockholm, Rio…). En parallèle, elle écrit pour la revue de cinéma Positif, anime des ateliers de réalisation et est lectrice de scénarios. Ses premières fictions sont actuellement en développement (Quatre mains) et en production (Le Vice caché des Navajos).

 

Quatre Mains (2016, en développement).
Le Vice caché des Navajos (2016, en production).
Et là-bas souffle le vent (2015).
Kijima stories (2013).
Rien ne s’efface (2009).
De Profundis (en co-réal. avec O. Ciechelski, 2004).
Touchée (2003).
Lucie va à l’école (2001).

 

dublinfilms

Dublin Films a été créée à Paris en 2006, par Benjamin Serero et Fabrice Main, respectivement formés à la FEMIS et à l’ENS Louis Lumière. Les bureaux de la société ont été déplacés à Bordeaux en 2011, lorsque David Hurst s’y est associé, après un parcours de régisseur, de directeur de production et de producteur exécutif.

« Nous produisons des films de fiction et des documentaires de création, pour le cinéma et la télévision. Nous accompagnons des projets qui défendent le point de vue singulier de leurs auteurs et qui portent la vision du monde dans lequel ils s’inscrivent. Il nous tient à cœur que Dublin Films soit avant tout une structure qui encourage et soutienne la Création.

Tous nos films sont engagés autour de réflexions sociétales et politiques, et plus particulièrement sur des questions de diversité et d’identité. Il nous plait aussi de mêler les petites histoires intime à la grande Histoire. »

dublinfilms.fr